Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 16:32

 

En 2006, à l’Abbaye de Fontevraud, est crée un projet d’art culturel  autour  du cinéma d’animation , offrant une résidence internationale aux réalisateurs de projets de courts et longs métrages.

Voici deux courts extraits des œuvres de deux jeunes artistes coréennes sélectionnées en 2013  pour la résidence d’une durée d’un mois à Fontevraud.

  Yumi JOUNG et Dahee JEONG nous ont été présentées à l’issue d’une formation sur l’histoire du cinéma d’animation pour les bibliothécaires et bénévoles.Le réseau des bibliothèques étant un des partenaires des Pays de la Loire, de ce voyage du 3 au 10 octobre 2013 autour du cinéma d'animation.


 

DUST KID

JUNG Yumi, 10 min, 2009

Un jour d’hiver où elle était restée couchée, Eujin trouve

un petit enfant de la poussière. En nettoyant sa chambre,

elle trouve d’autres enfants de la poussière, et entreprend

de les chasser un par un.

-
-
-
-

Le temps de l'arbre (Teaser) from dahee Jeong on Vimeo.

 

LE TEMPS DE L’ARBRE

JeoNG Dahee, 8 min 20, 2012

Un vieil homme assis sous un arbre tient dans ses mains

une feuille vierge. Sur cette feuille de papier vont se projeter

une collection de plusieurs histoires qui s’inspirent des

différents états de l’arbre et de l’homme. Ce film est produit

par l’École nationale supérieure des arts décoratifs.

 

 

Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 20:14
       C'est avec l'enthousiasme du public, que ce générique démarre chaque session de films. Le matin, j'ai vu la ferme des animaux, (1956) d'après le livre de Georges Orwell  : critique du totalitarisme.
     
     
  Le thème de cette 25ème édition du Festival Premiers Plans d'Angers est le "travail". L'après-midi, j'ai vu 5 courts-métrages  français programme 2 et puis 4 films d'écoles programme 3 .
     
Mes impressions : L'ensemble des films que j'ai vus, ne met pas en scène des histoires de couples, c'est la fatrie qui est le personnage principal.Cela me fait penser à l'environnement des jeunes réalisateurs. Ces réalisateurs qui sont tous présents pour dire quelques mots de leur oeuvre en compétition. Le public remet son avis pour chaque film à la sortie.
L'avantage de ces productions, de courte durée, c'est la manière intense de traiter le sujet.
 Ici, tous les films d'écoles européens, résumé du film, fiche sur le réalisateur, et son école; mes préférés, Tweesprong, Uber Uns Elektrizitat.
Le Festival ouvre à de très nombreuses manifestations, hommages,  rencontres, lectures de scénarios  et bien d'autres choses offertes au public .
A l'issue de cette journée, je rentre chez moi, avec l'impression d'avoir côtoyé le souffle de la création dans le jeune cinéma et qui le temps du festival est palpable dans notre esprit.  A ne pas oublier.   
 
Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 20:24
Hauteclaire nous propose le défi suivant :
 
Un film vous reste en mémoire depuis longtemps, depuis toujours. Ou bien une série télévisée. Ce film, ces épisodes, vous y repensez régulièrement et surtout … vous regrettez qu’ils se soient arrêtés là ! Vous en êtes sûrs, il faudrait une suite.
Alors, c’est le moment, vous êtes le metteur en scène et auteur de cette suite. Mais pour que ce film, cette suite, voit le jour, il faut présenter un projet aux producteurs pour les convaincre.
Vous allez donc nommer le film d’origine, et en faire un petit résumé (surtout s’il n’est pas très connu) Ensuite, il faudra donner un titre à votre œuvre, et faire un plan de ce qui se passera. De ce plan, vous extrairez une scène, sous forme de script. Décrire ce qui arrive, le décor, les indications que vous donnerez à vos acteurs, et quelques lignes (ou plus) de dialogue. Vous pouvez aussi choisir vos acteurs, et suggérer qui vous voyez dans les rôles. Choisir aussi une musique qui vous parait « coller » si une vous vient en tête. Si vous aimez dessiner, faite-vous plaisir, comme à nous, avec quelques cases de storyboard, qui montrent votre décor par exemple.
Que votre film de référence soit un polar, un film d’action, d’amour, historique, de sf ou d’horreur, ancien ou récent, tout est possible, c’est vous qui décidez !
 
 
 
 
 
 
Film : "Mon petit doigt m’a dit" de Pascal Thomas (2005)
Résumé : Prudence et Belisaire Bereford , mènent l’enquête sur la disparition de Rosa Evangelista de la maison de retraite où se trouve leur  tante Ada qu’ils sont venus voir. La vieille dame fait allusion à un enfant emmuré dans une cheminée, l’affaire se complique lorsqu’ils veulent restituer un tableau qu’elle leur a offert. Bélisaire et Prudence s’aperçoivent qu’il est impossible de retrouver sa trace.
Suite :" Etranges vacances"
 
Plan des premières scènes:
 
Prudence et Belisaire ont loué une maison sur l’île d’Aix pour se reposer des fatigues de l’enquête menée dans « un petit doigt m’a dit »
A peine arrivés, leurs voisins surgissent pour leur demander un service.
Prudence et Belisaire les aident tout de suite.
Pour les remercier, leurs voisins très amicaux, les invitent à un barbe-cue le soir même.
Le lendemain, le mari a disparu, et son épouse ne trouve aucune explication.
Des évènements bizarres commencent à se produire, autour de la maison.des voisins
Prudence décide de mener  l’ enquête.
 Séquence après le barbe-cue, il est très tard :
     

Plan dans la cuisine, la caméra se déplace lentement vers  Prudence. Elle est seule,  regarde par la fenêtre, intriguée, inquiète, de l’activité étrange dans la maison d’en face.  elle appelle Belisaire.

Celui-ci  dans le salon, écoute de la musique, répond par bribes, vaguement ennuyé d’être dérangé.

 

 
Les acteurs :
Prudence :  Catherine Frot
Belisaire : André Dussolier
Clara : Marilou Berry
Paul : Benoit Magimel
 
Musique :   la musique des Revenants  composée par le groupe écossais Mogwaï (l'écran reste noir)  
 
   
Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 14:56

Hopper vu par Sophie Barthes

 

 

 

 

La Toulousaine Sophie Barthes qui vit à New York, tisse un scénario digne du film La rose pourpre du Caire de Woody Allen. Elle imagine Edward Hopper au travail, pris à partie par la jeune femme (celle de "Morning Sun") qu’il est en train de peindre, se plaignant du peu d’espace dont elle dispose dans la toile. Edward Hopper l’emmène alors dans les rues de New York, puis dans un diner dont le décor se fond dans la célèbre toile du peintre, "Nighthawks".

 

   Source   du film

         
Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 20:56
 
 
Voici la scène finale du film de Philippe Claudel, où l'on retrouve la musique baroque.
 
 
Synopsis :
 

Alessandro est un professeur italien de musique baroque qui vit à Strasbourg avec Irina, sa fille de 15 ans, en pleine crise, et son frère Crampone, un gentil fou anarchiste qui ne cesse de demander le statut de réfugié politique depuis que Berlusconi est au pouvoir.


Parfois, Alessandro a l'impression d'avoir deux adolescents à élever, alors qu'il ne se rend même pas compte qu'il est lui-même démuni face à l'existence. Voulant être un père modèle, il en a oublié de reconstruire sa vie amoureuse, d'autant plus qu'il est entouré d'une bande de copains dont la fantaisie burlesque l'empêche de se sentir seul.


Mais au moment où sa fille découvre les premiers émois de l'amour, sans qu'il s'y attende, tout va basculer pour Alessandro.

 

 

Extrait de l'entretien avec le réalisateur :

 

La musique est l’un des personnages du film. Que pouvez-vous nous dire de la Tarentelle que l’on connaît finalement assez peu en France ?

 

C’est une musique traditionnelle du sud de l’Italie, censée guérir la piqûre de la tarentule, qui redonne de l’énergie à ceux que le venin a affaiblis, qui tente d’extirper la mélancolie des âmes chagrines, qui essaye de calmer les fiévreux, les possédés. Le sujet du film est né du cadeau que m’ont fait, il y a quelques années, des amis en m’offrant le disque de l’Arpeggiata. Il y a une telle magie dans cette musique, un côté tellement charnel, sensible et humain. Les Tarentelles recouvrent toutes les émotions : la joie, la tristesse, la sérénité, l’allégresse… Cette musique m’a inspiré assez vite un personnage de professeur de musique baroque qui vit à Strasbourg.

 

 Source  UGC

 


Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 22:34

 

Welcome to Fontevraud from Francis Cutter on Vimeo.

 

Au printemps 2011, un groupe d’étudiants de la section « Animation » de l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs, était accueilli en résidence au Centre culturel de l’Ouest. A l’issue de leur mission Francis Cutter et Vincent N’Guyen ont réalisé le clip ‘Bienvenue à Fontevraud »

 

 

 

 

 

 

C2C - F.u.y.a from Francis Cutter on Vimeo.

Le groupe nantais C2C a tourné en novembre à Fontevraud « F.U.Y.A  le clip de son nouvel album.Dans son nouveau clip, ils proposent un visage inattendu de l’Abbatiale de Fontevraud la nuit.

 

 

 

 

 

Animation : Evelien Deroeck
Son : Roxane Brunet, Anouck Gauvain

 

Malou bosse à l’usine où elle s’ennuie ferme. Mais le son répétitif et lancinant des machines va l’entrainer dans un univers rythmé, où elle s’efforce de transformer toutes les sensations irritantes venant de l’extérieur, en un vagabondage intérieur animé et apaisant.

A la suite de la récompense reçue au Festival Premiers Plans d’Angers, le Grand Prix du Jury Plans Animés, pour son film « Malou ou l’hostilité mécanique (en ut majeur), Evelien Doroeck est invitée en résidence d’écriture  d’un mois à Fontevraud

Source http://www.courrierdelouest.fr/actualite/saumur/ et l' article de Luc Souriau dans le journal du 24/02/12
La Lettre de Fontevraud
 
Pour en savoir plus sur la résidence d'écriture en cinéma d'animation :

Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 21:12
 

 

C’est l’histoire d’un paysan dans une contrée imaginaire, confronté à une grande sécheresse,  après beaucoup d’ingéniosité, il parvient à faire pousser les salades dans son champ. Surviennent alors les prédateurs... puis les péripéties se succèdent. la fin de l'histoire invite à réfléchir.

 

René Laloux est né en 1929 à Paris et mort en 2004 à Angoulême. De 1955 à 1959,  il dirige un atelier de peinture, monte des spectacles de marionnettes dans une clinique psychiatrique où il travaille également avec Félix Guattari. Après deux courts-métrages, il réalise son premier court métrage d’animation avec la collaboration de patients. Ce film intitulé les dents du singe remporta plusieurs prix. En 1964, avec la collaboration de Roland Topor, René Laloux réalise deux autres courts métrages, Les escargots et les temps morts  Dès lors en tandem avec Roland Topor, il réalise La planète sauvage qui obtient le prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1973.  C’est un film phare.  Il réalise plus tard Les Maîtres du temps, s’entoure du dessinateur Moebius et l’écrivain de polars, Jean-Patrick Manchette.

En 1988, il s’exile en Corée pour réaliser Gandahar, une allégorie politique, l’histoire d’une cité utopique en harmonie avec la nature.

C’est un immense auteur et poète, qui n’a pas rencontré en France le succès et les encouragements que méritaient ses œuvres. Aujourd’hui, il est considéré comme un des maîtres du cinéma d’animation français. Il se retire à Angoulême où il dirige un laboratoire d’imagerie numérique, où il réalise en 1998 un premier film L’œil du loup.

 

"Il faut admirer
avec quel doux entêtement
le génie de Topor va
s'emparant de l'âme.
Il pénètre dans notre obscurité
brise le silence
triomphe des ténèbres sourdes
enchante, transporte, illumine."
                                                                                        
                                                                                              Fernando Arrabal

Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 15:20

Vendredi 14 janvier 2011, au  cinéma le Palace de Saumur, j’ai assisté à la projection des courts métrages sélectionnés pour le César du Film d’Animation 2011. C’est un genre cinématographique que j'apprécie, pour sa concision et la beauté de la réalisation, dans les histoires poétiques notamment.

Les 7 films d’Animation sélectionnés :

Chienne d’histoire

L’homme à la Gordini

La femme squelette

Logorama

Love Patate

Matière à rêver

Mémoire à fossile

Le lien pour regarder des extraits de ces films

 http://www.cinechronicle.com/2010/12/projections-des-courts-metrages-selectionnes-aux-cesar-2011-au-balzac-a-paris/

Cliquer ensuite sur 2 - Les courts métrages en lice pour le César du Film d'Animation 2011

Résumés succincts :

 Chienne d’histoire,  relate comment les autorités d’Istambul se sont débarassées d’un envahissement de chiens dans la ville d’après un fait réel.

L’homme à la Gordini, m’a rappelé Matin brun de Franck Pavloff, où l’élimination d’humains qui ne portent pas la bonne couleur.

La femme squelette,Love Patate, Matière à rêver, histoires poétiques.

Mémoire fossile, un enfant écoute le cœur d’un homme fatigué et revoit tout le temps de son travail dans les mines du Nord

Logorama, le clown Mac Donald est un criminel poursuivi par la police, avec tremblements de terre en plus.

A chaque film, une mise en matière différente, couleurs, noir et blanc.

Les films d’animation sont des créations de grande originalité, véhiculant de fortes images et sentiments, il y a peu de dialogues, musique et bruitage priment.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 16:25

 

 Pour faire suite avec "le cri de la soie", instant de vie et d'émotion dans la lumière de ce saut du cygne, symbole de vie pour le héros qui ira jusqu'au bout de sa passion pour la danse, et la reconnaissance de son père qui assiste à la grande première du ballet où son fils est  devenu danseur-étoile.

                                                               

 Alice - 2010

Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 14:48




L’arbre bas s’incline

L’herbe caresse le ciel

Je ris aux éclats

                                                                                                          

                                                                                   Alice - mars 2006


A l’occasion de la sortie du film « «Alice au pays des Merveilles », pour revisiter Lewis Caroll, je vous invite à lire
les articles  dans la Revue des Ressources










_______________________________________________________________________________________
Repost 0
Published by Alice - dans Films
commenter cet article

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre