Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 17:40

 

ça devait arriver à force de

lire et recopier le mot "nombrilisme" et "nombrilique"

pour un dossier consacré au Je dans la poésie

je me suis mis à penser à mon nombril

pensée ému

c'est une de mes tantes, tatan mado, qui me l'a fait mon nombril

infrimière autrefois elle a accouché ma mère

et moi sur la lancée

souventes fois naguère elle m'a dit :

"il est beau ton nombril, j'ai soigné le boulot"

ça me troublait extrêmement autrefois

cette connaissance précise de mon intimité

maintenant non

maintenant je tire plaisir très subtil de savoir

que tatan mado c'est elle

qui m'a de ses doigts jeunes alors

tortillonné un petit nombril first quality

je n'en tire-attention ! - ni fierté ni sujet à forfanterie

juste une satisfaction très précieuse

quand tatan mado me téléphone de perpignan

-dont la gare est le centre du monde bien connu -

ou que je lui téléphone

je ne pense pas à chaque foisà mon nombril

mais des fois oui

je suis relié à elle par ce cordon qu'elle a coupé jadis

et entortilloné avec une application

particulière

parce que j 'étais né au centre de

son monde

 

on devrait tous savoir l'histoire

de son nombril

 

on le regarderait

avec affection

sans penser

à soi

ni

à son petit nombril

ni

au centre du monde

 

Roger Lahu vit à Rablay-sur- Layon (49) a publié entre autres Au plus près (Le Dé Bleu, 1998) Les Anguilles (id,2005), le Décor de l'envers ) Les Carnets de Lune, 2005) ainsi qu'une oeuvre abondante underground introuvable.

Cet auteur est également présent dans la sélection de Camille Loivier pour Neige d'Août n°15 - Automne 2006

Neige d'août

58210 Champlemy

http://www.revueneigedaout.free.fr

Repost 0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 17:13

 

 

Esther Heboyan est présente aussi dans la revue Neige d'Août, le recueil est édité avec le concours du Centre national du Livre, la municipalité de Nevers, et le Conseil général de la Nièvre.

Esther Heboyan écrit des nouvelles et de la poésie, vient de publier chez Parenthèses, Les passagers d'Istambul.

Les Tulipes

La tour aux Tulipes

baille au quotidien

ses étages d'humanité

quand l'ascenseur

pair impair

résonne des révérences du jour

'soir'sieurs'dame

Les Myositis

La bâtisse aux Myositis

prend son élan

à la presqu'île des rêves

achève sa course

sur la grêve caillouteuse

des destins

et laisse choir

une à une

ses verdâtres silhouettes

seuls les enfants guettent

encore

la cloche du marchand

de glaces

pistache-caramel ou vanille-fraise

 

Repost 0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 10:24

 

Sous-titrée  " Revue de Littérature et d'Extrême -Orient" , la revue Neige d'Août  répond à la volonté de Camille Loivier sa créatrice (titulaire d'un doctorat d'Extrème-Orient).  de rassembler des écrivains et artistes d'Orient et d'Occident  dans un même ouvrage.Il est très rare, par exemple que Chinois et Vietnamiens soient publiés côte à côte, comme il est rare de lire de la poésie signée par des femmes asiatiques censurés dans leur pays et leur parole laissées pour compte..

Chaque numéro a un thème, champ de réflexion sur le langage qui réunit les voix poétiques d'Orient et d'Occident le temps d'un cahier.

Le cahier 15 a pour thème "Enfantillages"

Dans la revue, J'ai choisi  un extrait de poème de Cai Yan, poétesse chinoise de la fin de la dynastie Han, au IIème siècle après notre ère. Elle raconte sa vie et ses souffrances dans un poème "Dix-huit mesures pour une flûte Hu"

Dans mon quinzième chant le rythme de la mélodie s'accélère

qui peut comprendre le refrain du souffle qui habite ma poitrine ?

j'ai vécu dans une yourte, aux coutumes étrangères

j'ai tellement désiré rentrer chez moi, le ciel a exaucé mes voeux

de retour au pays de Han, mon coeur est satisfait

mais mon coeur a des regrets, ma tristesse s'approfondit

le soleil et la lune malgré leur impartialité ne m'éclairent pas

la séparation entre la mère et les enfants est dure à supporter

le même ciel nous recouvre mais comme l'étoile du matin et Vénus

nous ne saurons jamais qui est mort, qui est vivant

ni si nous nous retrouverons un jour.

 

à suivre d'autres extraits de la revue "Neige d'Août"

Repost 0
27 février 2006 1 27 /02 /février /2006 21:19

 

Tenir un livre entre ses mains

L'ouvrir au hasard et feuilleter quelques pages

En cueillir les mots et les images

Voyager dans de beaux lendemains.

 

 

http://www.dparoles.net/

Repost 0

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre