Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 09:56

                          
                         

                           Elle avance en courbe

                       Attirée par la lumière

                   Instant fragile de sa volonté.

     Sur le chemin bordé de murs

Aux reflets ondoyants

 Des images du passé

 S’appuient encore sur son dos.

                                       Pas à pas, sur l’écorce de sa vie

                               Elle avance en courbe.

  
                                                                           

                                                                                               Alice - mars 2010




Pour Juliette -Papier Libre :

Ecrire sur un symbole chinois
                                                                                                   

Partager cet article
Repost0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 16:38

 

liliang.jpg


Elle avance en courbe

Attirée par la lumière

Instant fragile de sa volonté.

Sur le chemin bordé de murs

Et de reflets ondoyants

Des images du passé

S’appuient encore sur son dos.

Pas à pas, sur l’écorce de sa vie

Elle avance en courbe.

 

                                                                                        Alice - mars 2010


Pour Juliette - Papier Libre  

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 18:07

Pour les mots de tête n°24 chez les Croqueurs de mots :

Trois mots une vérité

Quatre phrases à composer avec les mots proposés, chaque phrase restant indépendante
des autres.


Phrase n°1 : HIVER - EMOTION - INVITER

L'hiver s'invite en avance, émotions dans les jeux de neige, prolongées.


Phrase n°2 : AMOUR - MOUCHE - REGARDER
.
Il vaut mieux regarder la mouche se poser, qu'un amour de ballon s'envoler.


Phrase n°3 : SORTIR - CAFE - PHOTO
Sortir, prendre un café, une photo, vivre.
.


Phrase n°4 : VICTOIRE - FINIR - UNION

La victoire  finit toujours dans l'union des pièces du puzzle.

Partager cet article
Repost0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 17:00

 

Dans le sous-bois touffu et dense

S’écoule entre les arbres, le bruit de la nuit 

Et le serpent d’argent se glisse au

Creux des branches, sur

La margelle du puits, l’ombre aimée

Se penche, caresse la douce chevelure de

 L’enfant endormie.

 

               
                                                Alice


                Proposition de Juliette pour Papier Libre : La forêt des songes
Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 14:55

Pour Les "Mots de Tête" n°23, de Brunô "les Croqueurs de mots" la consigne est ICI


. 2 versions en référence à Raymond Queneau, "Les exercices de style"

1 - Exclamations !

Tiens ! 11 heures, il est temps d’aller, acheter le pain. Place de l’église, que de monde ! que de monde pour un dimanche matin ! la file d’attente interminable ! et cette mère de famille qui n’en finit plus de choisir ! la boulangère est bien conciliante ! au tour du mari envoyé en mission,  le voilà indécis ! et puis une vieille dame qui resquille sans vergogne ! - parce que ! – parce que ! marmonne-t-elle à la foule silencieuse, contrariée. A moi, enfin ! dimanche prochain, je viendrai plutôt !

 

2 - Ignorance

Depuis combien de temps ? je n’en sais rien ! Quel jour sommes-nous ? m’en souviens-plus ! Quelle heure est-il ? j’ai oublié ma montre ! Cet homme, devant moi, qu’est-ce qu’il désigne exactement ? et cette mère de famille partagée entre la tarte de 8 ou la tarte de 12 personnes, qui peut l’aider ? Me croirez-vous, c’est à cet instant que surgit une vieille dame, passant devant tout le monde ! Qui est-elle pour être aussi sûre d’elle ? et moi, qu’est ce que je fais là ?



. 3ème version en texte libre 

3 - Un parcours difficile

La semaine dernière, cela avait duré plus d’une demi-heure. J’avais eu le temps de voir une vieille dame resquiller tout le monde, un homme indécis devant tous les pains, une mère de famille partagée entre les gâteaux et ses enfants. Ils m’avaient prévenu, l’odeur du pain, la vue des gâteaux appétissants, leur couleur, leur texture, tout cela flatte les sens et déclenche des excitations difficiles à combattre, l’attente, la longue attente, est éprouvante, des sensations de vacillements, de picotements vont peut-être apparaître, mais il faut essayer d’aller jusqu’au bout. Des sueurs froides coulent dans mon dos, le malaise est proche, j’avance de plus en plus péniblement, la foule est compacte, elle s’interpelle, donne des poignées de main, ils m'ont prévenu, je suis de plus en plus mal, envie de vomir, un rayon lumineux devant les yeux,  les ombres blanches me prennent par la main (je n’ai plus très envie de continuer)- stop – c’est trop dur, j’arrête, cela fait bientôt une demi-heure, j’appuie sur le bouton rouge, l’air me manque encore, autour de moi, l’équipe de chercheurs me félicitent – ils m’avaient prévenu : je réagis très bien aux stimulations de l’environnement virtuel.



Chanson : La scène se passe dans une boulangerie

 Avec ceci ? ce s'ra tout !

                                                                                      
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:31


"Mots de Tête" n°21 de Brunô pour "les Croqueurs de mots"

Le 10que de la lune 10paraissait derrière les arbres,
tan10  que les étoiles 10persaient leur  brillance, sur la scène du théâtre antique, l’Odyssée s’achevait, et les applau10sements du public apportaient à celui-ci un peu de  tié10sement après le refroi10sement de la nuit.

Sans 10courir davantage, les comédiens se  10séminèrent , chacun our10sant sa propre histoire. L’é10tion du lendemain fut  ju10cieuse et 10tribua beaucoup d’éloges.  Ils allèrent jusqu’à cent 10  représentations.



                                                                       Alice 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 09:03

« Il était une fois, un oiseau enfermé dans une cage accrochée à une fenêtre »

 Au petit matin, aplati devant la cage, Gris se rétrécit. L’oiseau ne se soucie pas de lui, sautille de barre en barre, vole jusqu’au sommet de la cage, vient picorer le millet. Le chat est content, il se fait oublier, ainsi peut-il déguster à son aise sa proie à distance, mesurer son embonpoint, son appétit,- comme il est gourmand pense-t-il ?- 
 Bientôt Gris s’étire voluptueusement. C’est l’heure du jeu ! à la bonne heure, l’oiseau peu méfiant, se frotte contre les barreaux. Gris s’assoit, rêve, ses yeux jaunes d’or musardent autour de la nuque de l’imprudent. Aucun signe de sa part ne laisse percevoir son tremblement intérieur. Le vertige le saisit quand il croise le regard incrédule de l’oiseau. La tête délicieuse de celui-ci tressaille devant le regard perçant.
 Gris est un beau chat persan. Sa robe est comme une pente enneigée d’ombres grises et bleutées. Devant lui, ce beau soleil  du matin lui réchauffe le cœur.
  Nonchalamment, sa patte vient effleurer la petite boule jaune. D’un saut vif, l’oiseau s’écarte de la patte mortelle. Gris est agacé, il complote juste pour voir si l’oiseau le reconnaît comme un ami ou un ennemi, à lui de choisir…
D’ailleurs son maître l’a bien dressé et ne lui permet pas d’attaquer l’oiseau. Dès qu’il bouge pan ! il a droit au sermon.  Gris n’aime pas les sermons, il aime sa liberté d’agir. Maintenant il ronronne sous le rayon de soleil qui l’enveloppe. L’oiseau chante plus fort !
 Gris pousse un miaulement rauque. L’oiseau lâche sa note en plein milieu et préfère se livrer à sa toilette, s’asperge d’eau et ébouriffe ses plumes. Le chat apprécie le gestuel de l’oiseau  en  fin connaisseur. Brusquement une grosse faim le fait tressaillir, Gris se ramasse et d’une détente, croque la souris blanche qui ce jour-là quitta sa retraite, le prenant pour un ami. 
                                                        

                                                                 Alice


 Proposition de Juliette pour Papier Libre 



 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 15:09
Pour "Mots de tête n°20 de Brunô",

Proposition de Brunô : Ecrire une phrase, puis regarder la définition de chaque mot dans le dictionnaire, écrire la nouvelle version de cette phrase.

L'élève s'oriente après le lycée.

L'enfant ou le jeune qui reçoit l'enseignement d'un établissement scolaire/
prend une direction pour son activité/ après ses études secondaires.


"Le souvenir est le parfum de l'äme"    Georges Sand

Ce qui est inscrit dans la mémoire/ est l'odeur agréable et pénétrante d'origine naturelle ou artificielle/ de ce qui est l'essence de l'être humain.



                                                                       Alice









                                                                                                                                                                        






Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 16:26





                                                                                                                                                                                                                               Un  soir, au creux d un banc, l’araignée tisse sa toile

Depuis longtemps, elle veut mettre les voiles

Un homme vient s’asseoir, une valise près de lui

L’intruse chassée, le voyageur écoute les bruits de la nuit

 Cette opiniâtre araignée, sur la valise, tisse sa toile
                                                                Ecrit pour Papier Libre





Poésie  à redécouvrir pour Noël pour "Mots de tête n°17 de Brunô"







Partager cet article
Repost0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 15:22
"Mots de tête n°17 de Brunô" : Pour Noël, offrez-nous le meilleur de vos mots !
Essayez de choisir un défi, un thème de la semaine, un sujet d'atelier d'écriture et ou de jeu de mots auxquels vous avez participé.

J'ai choisi le thème issu de l'atelier d'improvisation Alpha-Impro.
Il s'agissait  d'écrire pendant 30 minutes sur un thème, le plus souvent sous forme d'un mot du dictionnaire en avançant d'une lettre dans l'alphabet;


Pour Noël, voici l'improvisation sur le mot SOURIRE

 

 

L’homme qui avait perdu son  sourire

 

- Bonjour Mademoiselle !

- Bonjour Monsieur, répond la jeune fille d’un sourire emprunté

- Pouvez-vous me prêter votre sourire, je viens de perdre le mien

- Je ne sais, dit-elle d’un sourire embarrassé

- Qu’à cela  ne tienne, puis-je vous en débarrasser !

- Je ne vois pas comment dit-elle le sourire aux lèvres

- En le déposant ici, dans le creux de mes mains

La jeune fille se penche, pose délicatement son sourire dans le creux des mains de l’homme Aussitôt,  le sourire,  léger,  s’envole, tournoie dans le ciel au-dessus de leurs têtes.

Et tous deux,  courent, sautent pour l’attraper, en vain,  le sourire, joyeux  monte peu à peu.

La tristesse les envahie soudain

Comment vivre sans un sourire ?

Et puis s'élèvent leurs éclats de rire

Sous le sourire.




Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre