Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 17:29

 

 

Il n’y a pas de lumière pour éclairer le chemin,

 l’obscur du monde envahit la place

comme un arbre sans racines

Je me déplace dans l’opacité de moi-même

cette plongée dans l’ombre aiguise les sens

J’écoute la nuit , les battements de mon âme

Remontent les frayeurs, les songes.

 

Je quitte le noir pour aller vers des contrées incertaines emplies d’espoir

La pensée du dedans jaillit à mon insu

S’imposent les faiblesses et  les forces

Un  espoir de splendeur des jours 

 non pas les rétrécissements de la vie contenue

par les diktats de la société, 

 un au-delà de la pensée et de l’acte.

 

Les étoiles sont là,  il faut savoir se diriger sans soleil, sans lune,

dans les incertitudes  Les doutes, les frayeurs

Rétablir le sens des choses, repérer le dépouillement de la langue, c’est aller à l’être

le ciel de la nuit a ses  chemins,  myriade de lumières

Comme dans la vie, il y a une multitude de repères,

de voies possibles, d’impossibles,

aller de l’un à l’autre dans l’obscurité.

                                      

 

 

Alice -    Septembre 2010

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 08:32

 

  

Proposition de Juliette pour Papier Libre

 

 Une nuit où la lune ne s’est pas levée, j’étais bien embêté !

Il s’agit d’un phénomène céleste assez rare, mais pas inévitable. A priori, un dysfonctionnement de la machine appelée « le lanceur de disque de lune » très compliquée d'accès ?

 Pour réparer cet incident technique, je me suis muni d’un tournevis et d’un marteau,  c'était tout simplement une vis coincée par une étoile filante, égarée dans le roulement sidéral. Rien de grave :

 J’ai remis un peu de lumière prélevée au soleil dans les rouages. Dans le manuel d’entretien, il est conseillé de changer les filtres, filtre de brume, filtre du vent… j’ai tout vérifié, ils ne sont ni noircis, ni ennuagés ni surétoilés.  Le jour se lève maintenant, j'attends ce soir pour un nouvel essai dans le champs.

Pendant ce temps, à l'autre bout de la terre, dans la station de lancement du soleil, les techniciens sont très affairés à lustrer la machine  ils entament le compte à rebours sur un vieil air de clarinette, pour le prochain jet du soleil.

 

 

                                                                                                     Alice -Septembre 2010

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 00:00

 

 

- Il commence à faire froid ! siffle l’oiseau ébouriffé
- Cà glace ! craque la branche dans le gémissement du vent
- Qu’allons-nous devenir ? Croassent les grenouilles un peu givrées
- Dormez à présent ! coassent les corbeaux déplumés
- Toujours aimables ! crépite le feu nourri de feuilles sèches
- Les provisions d’hiver ! se soucie l’écureuil dans sa course mystérieuse
- Détendez-vous, murmure la rivière dans sa fuite tranquille
- Souriez à la brillance de l’automne, s’incline la ligne de roseaux
- Quelle tristesse ! frissonne la dernière rose pourpre
- Vous renaîtrez, caresse le chat de sa voix douce
- Taisez-vous ! exagèrent les battements de mon cœur
   L’automne s’endort  aux chants du silence.

 


Consigne de Juliette pour Papier Libre "Ces mille bruits qui forment le silence, puisque nous entrons dans une période automnale et que bientôt la nature va s'endormir, il est temps d'écouter."

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 08:00

 

Robert Doisneau

Robert Doisneau

 

 

Ce  matin d’hiver, le vert des pins maritimes accroche le regard, un vert sombre, qui absorbe la lumière, Tim vérifie sa montre, et pousse un éclat de verre du bout du pied, vestige de sa dernière maladresse.

Par la fenêtre,  le grondement des vagues , le cri  des mouettes.

Tim enfile son manteau,

- Vers où aller ? Tout va de travers, murmure Tim tout verrouillé de l’intérieur !

Dans la rue, il  se hâte vers son école. Au feu vert, il regarde à nouveau sa montre, une averse commence à tomber, reverdit les feuilles des arbres.

Dans la classe, le maître les interroge sur la poésie du jour :

- Tim, je t’écoute :

Tim se lève, incertain :

- « Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille, »

Silence.

- La suite ?

- Je ne sais pas, je ne l’ai pas apprise …

- Eh bien , tu t’es endormi sur ta poésie ?

Tim n’ose pas dire que non, quelle idée ! juste qu’il a préféré observer le pivert à l’œuvre  contre l’arbre.

- Merci, demain, je t’interrogerai à nouveau. 

A la fin de la journée, Tim rentre chez lui, la perspective d’apprendre tous ces vers l’effraie.

L’école n’a pas de sens pour lui. Rêver oui !

 

 

 

 

 

 

                                                             Alice

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 14:26

 

 Lyon-2010-009.JPG La Saône à Lyon

La ville silencieuse,  fraîche au lever du jour. Les trottoirs sont encore vides de pas pressés, les rues inertes, sans files de voitures. Sur les quais, les péniches arrimées, oscillent doucement. La surface de l’eau, seulement ridée par le courant. Puis, la ville s’éveille avec les chants d’oiseaux, les arbres frémissent sous les premiers coups d’ailes. Plus tard, le soleil brûle les toits, la ville se replie  parmi  ses ombres. La couleur ocre des crépis se figent dans la lumière. Un chat traverse vite sur le trottoir, trouve l’appui d’une fenêtre. Au crépuscule, d’un coup, les lumières jaillissent, ici et là se taisent, ou crient,  ville fatiguée ou trop éveillée de sa longue journée.

 

Pour la proposition de Juliette sur Papier Libre : Décrire l'immobilité et le mouvement ou le silence et le bruit, en personnifiant un animal, un végétal, un minéral, ou une chose.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 15:29

 

 

 

Heureux comme le sourire innocent de l'enfant

Fragile  comme le rose de la fleur naissante du pommier

Vibrant comme la musique profonde d’un impromptu de Schubert

Doux et lisse comme une étendue d’eau où se mirent le ciel , les arbres  et les   nuages 

Intense comme le bleu indigo d’un tableau de Van Gogh

Scintillant comme le rouge brillant de la fraise parfumée

Fluide comme la courbe des fleurs sous la brise dans un champ de bleuets

Radieux comme le feu riant des paroles adorées 

Fugitif comme les couleurs de l’arc-en-ciel dans le voile du   temps

Ondoyant comme le vert entre les pierres du ruisseau

Chantant comme à l’instant du départ, le regard sur les volets clos

Vif comme le vol d’un rouge-gorge et sa chute sur la branche

Silencieux comme  le gris argenté des cendres dans la cheminée

Libre  comme les jetés et les arabesques du danseur-étoile

 

                                                                       Alice – 2010

 

Pour la proposition de Juliette sur Papier Libre : Ecrire le cri de la soie

En savoir plus sur l'origine et la fabrication de la soie sur le blog "Découvrir simplement"

Partager cet article
Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 13:47

"Mots de tête n°27" proposé par Brunô pour les Croqueurs de mots

 

 

Le fou regarde la tour, et se demande bien comment l’aborder… Elle s’élance dans le ciel et découpe un pan de pierres qui bloque le regard. Une montagne de pierre infranchissable murmure le fou pensif…La clarté du jour l’oblige à cligner les yeux, si bien qu’il ne voit pas l’ombre du cavalier se profiler à son côté.

- Holà ! Que cherchez-vous donc par ici ? Prononce le cavalier d’une voix au fort accent méridional en arrêtant sa monture près du fou.

- Je viens pour escalader cette tour dit le fou d’un air décidé !

- Projet insensé ! Vous voyez bien qu’elle est imprenable !

- Mais la reine est prisonnière et je dois la délivrer !

- Ce n’est pas votre affaire, c’est celle du Roi !

Le fou serre les poings dans les poches de son habit noir, baisse la tête, l’ air sombre.

Le cavalier descend de cheval , contourne le fou, passe les rênes sur la tête d’un arbre mort .

- Allons ami ! Ne faites pas cette tête ! La Reine ne vous attend pas …

- Qu’en savez-vous crie le fou, sautant sur le côté.

- Le cavalier souffle quelques poussières de son habit blanc , et somme le fou de renoncer à son sauvetage.

Le soleil brille haut dans le ciel, l’herbe de la prairie ondule sous la brise légère. Une fenêtre en haut de la tour s’ouvre à la volée, et une silhouette blanche se penche. Au feu ! Au feu ! Crie un pion ! D’un bond , le fou s’élance le long de la paroi , ses mains agrippent les arêtes de pierre, ses pieds raclent le mur ,

- Me voici ! Dit-il tout rouge de l’effort avant de retomber lourdement sur le dos.

Le cavalier rit sous cape , observe le manège du fou.

 

                                                                     Ecrit par Alice -2007

  

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 18:25

Pour répondre à la consigne de Juliette pour Papier Libre, « Le silence », j’ai établi  une liste de bruits entendus dans le silence, liste non finie à compléter selon vos idées que j’ajouterai bien volontiers.

 

 

A - L' Amour, Assourdissant

B – Les battements, les ballottements, les balancements, les brisements, les bruissements

C – Les clapotis, les claquements, les craquements, les crépitements, les  crissements,

D – Les déferlements

E – Les éclats, les explosions

F – Les fendillements,  les fouettements, les fracas, les frémissements, les frôlements, les frottements, les froissements 

G – Les glissements, les grattements, les grincements

H – Les heurts, les hurlements (de la tempête)

I – Les impacts, les incantations, les implorations (du vent)

J – Les jaillissements, le jusant

K - La kyrielle des gouttes de pluie

L -  Les litanies, les lamentations (du vent)

M – Les martèlements, les murmures

N – Les Nous, La Nuit

O – Les ondulations, les oscillations

P –  Les précipitations, les ploc ! 

R – Les raclements, les roulements, les ronflements, les respirations

S – Les sifflements

T – Les tremblements, les trépidations

U – L’unisson

V – Les vibrations, les vacillements

W –

X –

Y –

Z - Le zénith , les zézaiements 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 15:15

Pour les Croqueurs de Mots, avant les fêtes de Pâques !

 

- Hier encore, je picorai le grain, dit la poule, et moi, je grignotai les feuilles de choux, dit le lièvre, moi, je serpentai voluptueusement entre les rochers, dit le poisson.

- Hum ! Le soleil me chauffait le cou, dit la poule, et moi, l’ombre de l’herbe me rafraîchissait les oreilles, dit le lièvre, quant à moi, les algues me caressaient le dos, dit le poisson.

- Et maintenant, nous voilà pris au piège, un bon repas de fêtes se prépare ont-ils dit !

 

- Sans moi ! dit la poule, ni moi ! dit le lièvre, oubliez-moi ! dit le poisson.

- Et, si on filait tous les trois maintenant ! dit le poisson.

- Impossible, répondirent en chœur la poule et le lièvre, nous ne savons pas nager !

- Alors, courons à grands bonds ! dit le lièvre.

- Impossible, s’exclamèrent le lièvre et le poisson, nous ne pouvons sauter !

- Volons ! dit la poule.

- Impossible, gémirent le lièvre et le poisson, nous ne pouvons voler !

- Nous sommes perdus ! crièrent-ils tous les trois tristement.

- Les braises sont rougeoyantes, les invités se pressent autour du barbecue, ils vont venir nous chercher sans tarder !

 

- O secours ! Dieu des poules, aidez-nous, implora la jeune poule. Dieu des lièvres, protégez-nous, implora le jeune lapin. Dieu des poissons, épargnez-nous, supplia le jeune poisson !

 

- Un miracle, oui, un miracle, espérons !

 

- Que se passe-t-il ici ? Quel drame se joue donc, dit un rat bien gras qui venait traîner par là, alléché par l’odeur d’un futur festin !

- Nous allons tous être dévorés, se lamentèrent la poule, le lièvre et le poisson.

- Un drame, mais pas pour tout le monde, dit le rat en clignant de l’œil !

- Oh, aidez-nous, ne nous faites pas souffrir davantage ! Sanglotèrent-ils.

- Et pourquoi, je vous aiderai, j’ai faim, moi, il est midi ! dit le rat d’une voix gourmande.

- A nous trois, nous pouvons vous nourrir trois fois plus, assurèrent les trois victimes.

- Je vois, dit le rat, bon comptable, tout à coup intéressé !

- En ce cas, laissez-moi trois minutes !

Du plus loin, revint le rat, tirant un petit traineau empli, on ne savait quoi.

- Mais qu’avez-vous apporté pour nous remplacer ? Dirent les malheureux mi-pleurant, mi-riant d’émotion.

- Regardez, comme ils sont appétissants ! Je les ai dérobés sur la cheminée du salon.

Devant leurs yeux étonnés, posés sur la grille, une poule, un lièvre et un poisson

en…chocolat l’air bien contrit…

 

 

 

                                           Alice pour l'atelier Alpha-Impro-2007 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 09:18




"Mots de Tête" n°25 pour les
   "Croqueurs de mots"

Votre prénom

1) Recherchez et publiez en tête de votre article
une photo de vous à l'âge de 1 an à 2 ans maxi.

2) Ecrivez un texte court autour de votre prénom.
l'objectif  n'est pas de répéter votre prénom 
ou d'en faire un acrostiche
mais de le suggérer, de le faire découvrir
à travers votre texte (prose, poème, lettre.......)

Claude - 1 an0002


 


La chimie de mon prénom (6 lettres)

                                        Les deux premières lettres

1 - Je suis un symbole chimique d’un élément de la famille des halogènes.

                                           Les deux lettres suivantes

2 - Je suis composé de deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène, on m’appelle aussi l’oxyde de dihydrogène, je suis un composé chimique ubiquitaire sur la terre, j’ai trois atomes .

                                          Les deux dernières lettres


3 – Je suis le nombre d’atomes d’oxygène dans le dioxyde de carbone,  communément appelé de gaz carbonique. (pour les deux dernières lettres)

 

 Autour de mon prénom

Dans mon prénom,  il y a un terrain de culture, d’élevage, ou de plaisance, entouré.
 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre