Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 15:46

Dans Le Dimanche de la vie de Raymond Queneau,
 Valentin Bru, qui a épousé Julia, part en voyage de noces, mais comme ils n'ont pas assez d'argent, il part tout seul pour ce voyage de noces.





- C'est mal parti !







Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 15:04

Et vous mes mains, dissipées

Restez tranquilles 

J’écoute, je compatis

Un silence, un cri, une douleur

Vous écoutez, attentives,

La colère du père, les pleurs de l’enfant, le chagrin de la mère

Instinctives, vous vous élevez vers l’âme en détresse

Mariant apaisement et caresses

 

Et vous mes mains, désoeuvrées

Restez tranquilles

Je réfléchis, je médite

Une étincelle, une illusion

Vous saisissez, créatives,

 L’inspiration, les couleurs, les sons,

Sensitives, vous parlez de  l’âme

En révèlant ses arabesques


Proposition de Juliette pour Papier Libre : Les mains, ce dont elles sont capables

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 10:43
(Extrait de Mots-Passions)

Cette même année de 1648, c'est aussi la signature d'un traité, ou
plutôt de traités qui jetteront les bases de l'Europe pour un siècle et demi. Un beau succès pour Mazarin, cette charte pour de l'Europe ! Mais dont personne ne lui sera reconnaissant.

Qui se rappelle avoir lu ce titre dans ce même livre d'histoire, "Traités de Westphalie, une charte pour l'Europe pour cent cinquante ans !"

 Et pourtant, pourtant, ce fut long, très long avant de voir aboutir les négociations. Imaginez donc ! Rencontres et conversations ont commencé dans deux villes de Westphalie (eh oui, on négociait mais pas tous dans la même ville, protestants et catholiques ne voulaient pas se côtoyer), l'on négociait donc depuis 1641 !  Sept ans de pourparlers, sept ans de diplomatie, sept ans de réunions et réceptions.

 Jamais l'histoire n'a connu pareille lenteur de la diplomatie. L'historien Ernest Lavisse écrit :" les salutations et les visites, la solennelle hâblerie des harangues, le pédantisme inépuisable des juristes, la table ouverte des grands personnages, les mangeries et les buveries énormes, tout le cérémonial où les grands et les petits orgueils se rengorgeaient", cela occupait des jours et des jours.

  Alors, alors … - eh oui, j'y arrive, car vous vous doutez bien que j'ai une bonne raison de vous raconter tout cela-, alors donc non seulement nos livres d'histoire auraient dû nous en parler plus que de la Fronde peut-être,  mais aussi nos livres de français ! Car toutes ces manifestations décrites par Lavisse, toutes ces choses qui ont "précédé" le temps de la  rédaction et celui de la signature du  traité, ont laissé une trace dans notre vocabulaire … celui de *préliminaires* !

  */Préliminaires/*, un mot qu'on est allé chercher dans le dictionnaire de bas latin /praeliminaris/, mot composé. de /prae/ , /avant/ et de /liminaris/, /liminaire/. Mais allons plus loin ! Le latin, /limen/, signifie /seuil/ /de la maison/. Ce qui est /liminaire/ est ce qui est /relatif au seuil/, donc à l'entrée, ce qui est /avant/. Alors imaginez ce que pouvaient être les */pré-liminaires/* ! :))) Avant l'avant ! Les latins rattachaient /limis, seuil /à /limes/,/limitis/,/chemin bordant le domaine/, d'où /limitatio/, /limite/. D'où les /Limes/ dont nous parlions suite à une question de Pierre il y a quelques temps, ce nom donné par les Historiens modernes aux  fortifications établies le long de certaines frontières de l'Empire.

  De ce latin /limen/, /seuil, /les Anglais ont fait /liminal,/ passé en langue française dans le domaine de la psychologie. Ce qui est /liminal/ est ce qui /est au niveau du seuil/, ce qui est à peine perceptible. Un message /subliminal/, sera, lui, /en-dessous/ (/sub/) du seuil de la perception consciente !

  Et pour finir, jouons un peu, voulez-vous ? S'il en est qui franchissent le seuil, il en est d'autres qui en sont rejetés. Rejetés, loin de … en latin, idée rendue par la préposition /e(x)/ … alors je vous laisse deviner le verbe latin passé en français … Vous avez trouvé ? Très bien, nous vous vous gardons parmi nous pour continuer à jouer, mais si ce n'est pas le cas, alors, dehors, loin d'ici, loin du seuil, vous êtes ... éliminés :))) Isabelle qui a réouvert pour vous ce soir "Histoire de la France et des Français ",d'A. Decaux et A. Castelot. et bien sûr le" Dictionnaire étymologique de la langue latine", d'A. Ernout et A. Meillet.



  --
  Vous aimez les mots et leur histoire ?
  Rejoignez-nous sur Mots_Passion



A lire sur le même thème :

- Mazarinades : La Fronde des Mots de Christian Jouhaud, édition Aubier - Collection Historique



Partager cet article
Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 16:08

est un très grand site dédié à la poésie francophone.

Quatre-vingts poètes de tous les horizons ont été choisis pour
cette première anthologie poétique 2008-2009

Parmi ceux-ci, dans l'anthologie, j'ai eu le plaisir de lire les poèmes :

- Nos chemins de sel et de cendre de Viviane Lamarlère

- Un pétale rouge de Philippe VALLET



mais aussi  Juliette Clochelune, Cécile Guivarch, Ali Iken, Lilas, Gertrude Millaire, Hélène Soris
que je remercie particulièrement. pour la rencontre dans l'atelier d'écriture "La langue de Travers".






Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 09:03


Photo numérique de Ruud Van Empel




C’est pas ma faute

Si je mors, si je crie

C’est pas ma faute

Si je pince, si je griffe

C’est pas ma faute

Si je mens, si je triche

"Je suis le plus méchant

 des garnements"

M’ont dit mes parents

Et le soir, dans mon lit

Je pleure longtemps

Sur mes bêtises

Je sais pas pourquoi

Je suis comme çà

Et d’ailleurs, pour moi

Ce sont pas des bêtises

Personne me comprend, ni le maître

Ni les parents.

 Je  sais plus où j’en suis

Vite, que je m’endorme cette nuit.

 

 


Pour une consigne de Juliette sur Papier Libre : Ecrire sur " l'innoncence de l'enfance"

Des livres  parus sur ce thème, si vous pensez à d'autres livres,  articles, n'hésitez pas à me les communiquer, je les ajouterai à ma petite liste :-)

- Vipère au poing d'Hervé Bazin
- Poil de carotte de Jules Renard
- L'enfant bleu d'Henri Bauchau
- Le cahier qui parle -Journal de bord d'un atelier
d'écriture pour des enfants psychotiques à l'hôpital de
jour de Genneviliers de Nicole d'Arcy - Edition l'Harmattan
- L'enfant de Jules Vallès - Edition Gallimard "Folio"

Des films parus sur ce thème, à complèter par vos idées !
- Le ruban blanc de Michael Hanneke : site officiel du Ruban blanc

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 17:39



La Pavane opus 50 en fa dièse mineur de Gabriel Fauré  est une oeuvre symphonique avec choeurs, écrite en 1887.
Elle est contemporain de son requiem. Le compositeur
 l'a dédicacée à la Comtesse Elisabeth Greffuhle.
Un choeur est ajouté à la demande de la Comtesse
sur un texte de Robert de Montesquiou-Fegonsac, cousin de celle-ci.
L'oeuvre sert de base à un ballet dansé pour les Ballets Russes en 1917, et Fauré l'incorpore dans ses Masques et Bergamasques opus 112. Elle inspira le Passepied de la Suite Bergamasque de Claude Debussy, ainsi que la Pavane pour une infante défunte de Maurice Ravel encore élève de Fauré au Conservatoire de Paris.


Paroles Gabriel Fauré,  Pavane, Op. 50

C'est Lindor, c'est Tircis et c'est tous nos vainqueurs!
C'est Myrtille, c'est Lydé! Les reines de nos coeurs!
Comme ils sont provocants! Comme ils sont fiers toujours!
Comme on ose régner sur nos sorts et nos jours!

Faites attention! Observez la mesure!

Ô la mortelle injure! La cadence est moins lente!
Et la chute plus sûre! Nous rabattrons bien leur caquets!
Nous serons bientôt leurs laquais! Qu'ils sont laids! Chers minois!
Qu'ils sont fols! (Airs coquets!)

C'est Lindor, c'est Tircis et c'est tous nos vainqueurs!
C'est Myrtille, c'est Lydé! Les reines de nos coeurs!
Et c'est toujours de même, et c'est ainsi toujours!
  •  


On s'adore! On se hait! On maudit ses amours!
On s'adore! On se hait! On maudit ses amours!
Adieu Myrtille, Eglé, Chloé, démons moqueurs!
Adieu donc et bons jours aux tyrans de nos coeurs!
Et bons jours!


Merci à Dominique d'avoir ajouté ces paroles
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 16:57



Placa del Rei à Barcelone, photo de Virginie (mai 2009)


Venue d'Espagne, la Pavane est une danse lente et majestueuse,
 très en vogue dans l'Europe des XVI et XVII ème siècles, généralement suivie par la gaillarde...

La Pavane porte  aussi le nom de la musique qui accompagne cette danse.












Partager cet article
Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 18:06



Je  traversais le lac, car au-delà, s’élève le Royaume d’Amour, une

contrée heureuse, l’unique raison de mon voyage.

 Sur la carte du Tendre, figurait ce difficile passage.

 Tout le temps de cette navigation, je me sentis comme pris dans un étau, j’étouffai, mon corps et mon esprit s’effaçaient du monde tant les obstacles bousculaient mon cœur et ma raison. Maintenant, j’ai repris des forces et vous conte le récit des sources de mon mal-être.

« A la tombée du jour, on s’embarque sur le lac d’Indifférence. A distance, on distingue une île, l’île du Silence, telle est son nom, car les habitants ne se parlent  plus. On contourne deux énormes rochers, appelés l’Ironie et l’Absence. L’un porte ses  buissons d’épines qui griffent les audacieux, l’autre montre ses parois fuyantes.

Puis, on pénètre dans une zone dite de l’Impassibilité, la surface de l’eau n’offre aucune ride, aucun frémissement. On s’enfonce vers l’Insolente Indifférence,un ensemble d’arbres morts qui entravent notre passage.

Finalement la barque file sans bruit, sans se faire remarquer jusqu’au Seigneur des lieux, une épave sans âge, exilée ici eu égard à ses grands voyages,  la barque ne peut franchir la Porte de l’Oubli car le vieux bateau  majestueux occupe toute la place, tant pis, on prend un autre chemin, à droite de la lagune, nommée Hostilité, car ses fonds peu profonds menacent de nous échouer. On erre  longtemps à la recherche de la terre.

Quand les rives se rapprochent enfin, l’espoir de rejoindre le Royaume d’Amour naît avec le jour. »

 


Consigne de Juliette pour Papier Libre,

"décrire le lac d'Indifférence" d'après le recueil de Sercy, prose (1658)

 


Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 15:35




Variation sur Bachi-bouzouk


C'est chic et zouk
ce bouzouk bizarre
et bachique
Bouzarre bachi bouzouk !








___
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 20:07








Tableau de Marie-Françoise Deslauriers, peintre à Montréal
La réalisation de cette peinture est inspirée du bord de mer du Nouveau-Brunswick, région sauvage et immense,
été 2009



Portrait

___
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre