Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 16:39
069.JPG



Lever du soleil
Embrasement du ciel noir
Odeur de café







   Alice





Partager cet article
Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 15:09
Pour "Mots de tête n°20 de Brunô",

Proposition de Brunô : Ecrire une phrase, puis regarder la définition de chaque mot dans le dictionnaire, écrire la nouvelle version de cette phrase.

L'élève s'oriente après le lycée.

L'enfant ou le jeune qui reçoit l'enseignement d'un établissement scolaire/
prend une direction pour son activité/ après ses études secondaires.


"Le souvenir est le parfum de l'äme"    Georges Sand

Ce qui est inscrit dans la mémoire/ est l'odeur agréable et pénétrante d'origine naturelle ou artificielle/ de ce qui est l'essence de l'être humain.



                                                                       Alice









                                                                                                                                                                        






Partager cet article
Repost0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 19:21

 

Un pauvre petit grillon
Caché dans l'herbe fleurie,
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L'insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L'azur, la pourpre et l'or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit-maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.
Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n'ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l'on m'ignore ici-bas :
Autant vaudrait n'exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d'enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets servent à l'attraper ;
L'insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L'un le saisit par l'aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne fallait pas tant d'efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.

 

Fables Livre II
Jean-Pierre Claris de FLORIAN (1755-1794)

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 16:26





                                                                                                                                                                                                                               Un  soir, au creux d un banc, l’araignée tisse sa toile

Depuis longtemps, elle veut mettre les voiles

Un homme vient s’asseoir, une valise près de lui

L’intruse chassée, le voyageur écoute les bruits de la nuit

 Cette opiniâtre araignée, sur la valise, tisse sa toile
                                                                Ecrit pour Papier Libre





Poésie  à redécouvrir pour Noël pour "Mots de tête n°17 de Brunô"







Partager cet article
Repost0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 15:22
"Mots de tête n°17 de Brunô" : Pour Noël, offrez-nous le meilleur de vos mots !
Essayez de choisir un défi, un thème de la semaine, un sujet d'atelier d'écriture et ou de jeu de mots auxquels vous avez participé.

J'ai choisi le thème issu de l'atelier d'improvisation Alpha-Impro.
Il s'agissait  d'écrire pendant 30 minutes sur un thème, le plus souvent sous forme d'un mot du dictionnaire en avançant d'une lettre dans l'alphabet;


Pour Noël, voici l'improvisation sur le mot SOURIRE

 

 

L’homme qui avait perdu son  sourire

 

- Bonjour Mademoiselle !

- Bonjour Monsieur, répond la jeune fille d’un sourire emprunté

- Pouvez-vous me prêter votre sourire, je viens de perdre le mien

- Je ne sais, dit-elle d’un sourire embarrassé

- Qu’à cela  ne tienne, puis-je vous en débarrasser !

- Je ne vois pas comment dit-elle le sourire aux lèvres

- En le déposant ici, dans le creux de mes mains

La jeune fille se penche, pose délicatement son sourire dans le creux des mains de l’homme Aussitôt,  le sourire,  léger,  s’envole, tournoie dans le ciel au-dessus de leurs têtes.

Et tous deux,  courent, sautent pour l’attraper, en vain,  le sourire, joyeux  monte peu à peu.

La tristesse les envahie soudain

Comment vivre sans un sourire ?

Et puis s'élèvent leurs éclats de rire

Sous le sourire.




Partager cet article
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 15:08



Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy la qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son age!

Quand revoiray-je, helas, de mon petit village
Fumer la cheminee, et en quelle saison,
Revoiray-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup d'avantage?

Plus me plaist le sejour qu'on basty mes ayeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaist l'ardoise fine:

Plus mon Loyre Gaulois, que le Tybre Latin,
Plus mon petit Lyré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur Angevine.







         

   
 
   


 
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 14:57

Le petit pont japonais


Le propre des sous-bois, la clarté de l’eau

Le silence du paysage, l’harmonie des couleurs,

Peu de désordre dans l’atmosphère émeraude.

Le promeneur appuie ses mains pâles sur le parapet du pont japonais et cède au mystère de la nature qui l’entoure.

Le gris du ciel s’accorde à l’onde miroitante, l’eau

glisse entrecoupée par les pierres, sans jamais s’arrêter,

 car elle sait où aller.

Cette fluidité rend au voyageur ses doutes, ses incertitudes 

Devant l’indifférence du paysage étranger,

son regard oublie,  pour s’attarder à

l’ombre des branches basses sur la rivière, au vol

d’une feuille, au vert  des mousses grandissantes sur les pierres.

Ce sont des traînées vivantes sur ses pensées.

Il se souvient des promenades en forêt de son enfance,

des conversations avec ses proches . Sensible à l’harmonie

sourde des éléments, son être se détend , des évidences se dessinent.

Sur le chemin du retour, le promeneur sourit.

 

Pour la dernière proposition de Juliette pour Papier Libre : "Rêver, raconter le petit pont japonais"


 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 18:40



 Brunô pour "les croqueurs de mots" donne la consigne suivante :

Ecrire une rondibelle 
( petit poème du XVIIème siècle )
Le poème ne doit comporter que
deux alexandrins (12 syllabes ou pieds)
 dont l'un doit se terminer par un prénom féminin
et l'autre par le nom d'un plat cuisiné.



Vivement lundi, goûter la tarte aux myrtilles
Devant un beau feu de cheminée chez Camille

Au mois de Juillet, c'est la tarte aux mirabelles
Ni trop sucrée, ni trop amère, chez Isabelle

Contempler l'océan, puis une quiche sablaise
Sur la belle nappe couleur mer de Niçaise



Bon appétit !



 
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 14:58


Aujourd'hui, on ne dit plus :


La maîtresse d'école


mais,



L'institutrice prend l'avion
!















Partager cet article
Repost0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 14:27

L'enfant et les sortilèges de Maurice Ravel


- Vous reprendrez bien un peu de thé ? Propose aimablement le Samovar,

- Volontiers, acquiesce  la Tasse de Chine charmée,

- Vraiment il y en a qui ne font que se prélasser maugrée la Machine en plein essorage,

- Taisez-vous donc et écoutez-moi plutôt, sonnent les six heures de la Pendule,

- Toujours à attirer l’attention sur elle, ironise le Canapé, je prends le temps moi, et l’on m’oublie parfois,

- Faites la paix, ne vous disputez plus, sourit le Bouquet de fleurs, et toutes les Fleurs de s’incliner gracieusement,

- C’est vrai çà ! Respectez ceux qui travaillent !  Coupe d’une voix fluette, la Danseuse virevoltant sur le miroir de la boîte à musique, sans cesse vous nous narguez !

- Je suis si fatigué soupire l’Homme plié posé sur le buffet.

- Tout de même, vous exagérez dit le Tableau, regardez-moi : « Ce dimanche à la campagne en famille » un bel  après-midi d’été,

- Bien d’accord avec vous, Tableau ! Murmure à voix basse la Bibliothèque.

- Je suis si fatigué soupire à nouveau l’homme plié posé sur le buffet.

 - Il y a de l’électricité dans l’air dit le chat au poil hérissé.

- Et si je  jouais un air de guitare, propose la petite fille  en berçant sa Poupée

- Oh oui, répond celle-ci  en clignant délicatement les yeux dans un demi-sourire béat. 

 

- Je préfère le piano s’exclame son frère !

- Une autre fois,  admit la petite fille.

 

 

alice

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre