Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 17:10

Pour les Croqueurs de mots, sur le thème de l'automne initié par Eglantine   

 

 saumur-automne-027.JPG 

Fruits

 Dans les chambres des vergers

Ce sont des globes suspendus

Que la course du temps colore

Des lampes que le temps allume

Et dont la lumière est parfum

On respire sous chaque branche

Le fouet colorant de la hâte

Ce sont des perles parmi l’herbe

De nacre à mesure plus rose

Que les brumes sont moins lointaines

Des pendeloques plus pesantes

Que moins de linge elles ornent

Comme ils dorment longtemps

Sous les mille paupières vertes !

Et comme la chaleur

Par la hâte avivée

Leur fait le regard avide !

                       

Extrait de « Oiseaux, fleurs, fruits » du recueil  Airs, poèmes (1961-1964)

 

     

                  

 

"Le poète met l'accent sur la chaleur estivale, accablée par le frimas de l'automne, qui jette un "regard avide" aux fruits pour rappeler à l'homme le caractère éphèmère de chaque mouvement."

Philippe Jaccottet est né à Moudon dans le canton de Vaud, en Suisse, en 1925,. Il vit à Grignan dans la Drôme. L'oeuvre du poète est considérable. Elle puise son inspiration dans la contemplation du paysage de sa région. Son sujet préféré est l'homme dans son milieu naturel. Il est à la recherche de la parole, la plus juste possible. Le motif de la lumière est omniprésent dans son oeuvre. Phillipe Jaccottet a traduit Goethe, Hölderlin, Léopardi, Musil, Rilke, Thomas Mann, Ungaretti, aussi l'Odyssée d'Homère.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 00:00

 

 

- Il commence à faire froid ! siffle l’oiseau ébouriffé
- Cà glace ! craque la branche dans le gémissement du vent
- Qu’allons-nous devenir ? Croassent les grenouilles un peu givrées
- Dormez à présent ! coassent les corbeaux déplumés
- Toujours aimables ! crépite le feu nourri de feuilles sèches
- Les provisions d’hiver ! se soucie l’écureuil dans sa course mystérieuse
- Détendez-vous, murmure la rivière dans sa fuite tranquille
- Souriez à la brillance de l’automne, s’incline la ligne de roseaux
- Quelle tristesse ! frissonne la dernière rose pourpre
- Vous renaîtrez, caresse le chat de sa voix douce
- Taisez-vous ! exagèrent les battements de mon cœur
   L’automne s’endort  aux chants du silence.

 


Consigne de Juliette pour Papier Libre "Ces mille bruits qui forment le silence, puisque nous entrons dans une période automnale et que bientôt la nature va s'endormir, il est temps d'écouter."

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 10:00

 

 

Poésie du jeudi  :sur le thème des fleurs initié par Eglantine pour les Croqueurs de mots

 

 


Eté : Etre pour quelques jours

Le contemporain des roses ;

Respirer ce qui flotte autour

de leurs âmes  écloses.

 

Faire de chacune qui se meurt

une confidente,

et survivre à cette sœur

en d’autres roses absente.

 

 

 

 

Je te vois, rose, livre entrebâillé,

qui contient tant de pages

de bonheur détaillé

qu’on ne lira jamais. Livre-mage,

 

qui s’ouvre au vent et qui peut être lu

les yeux fermés…,

dont les papillons sortent confus

d’avoir eu les mêmes idées.

 

 

            (Les Roses)

 

 


Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 15:42

 

Pour sa 4ème édition, les Poétiques de Saumur se sont installées  à nouveau dans le Jardin des Plantes de la ville.

Les Poétiques, c'est la rencontre avec des éditeurs indépendants venus de toute la France, l'écoute de deux lectures, celle de Marie-Céline Siffert "Monsieur en extase sur la couverture" édition Jacques Brémond , et celle d'Emmanuel Adely "Cinq suites pour violence sexuelle" éditions Argol, ces deux lectures "musclées" nous font entrer dans l'écriture contemporaine loin des fioritures, les textes vont droit au but pour exprimer le souffle de la vie pour Marie-Céline Siffert et un décryptage linguistique des discours de Nicolas Sarkozy pour Emmanuel Adely, édifiant !

 Une surprise parmi d'autres offerte par les Poétiques, ce sont les anj'ôleurs de la Comédie des Anges, Ils jaillissent d'un battement d'ailes, et nous plongent sous le charme d'une lecture d'un poème  chuchoté dans le creux de l'oreille, J'ai écouté ainsi, un poème d'Adonis, les yeux bandés, l'éffet est saisissant, charme, trouble et déconcerte !

A la présence des éditeurs (Jacques Brémond, Jacques Josse entre autres) se joignent les éditeurs de revues poétiques que nous avons peu l'occasion de rencontrer; Camille Loivier pour Neige d'Aout, N4728 la revue poétique angevine, Ce qui secret, Du nerf

Touchée par l'expositon photographique de Michel Durigneux, une très belle série de portraits noir et blanc retracant la venue de tous les écrivains invités par l'association Littérature et Poétiques. Un témoignage visuel très vivant de ces auteurs que nous avons écoutés depuis 2006.

L'après-midi du dimanche fut marquée par la lecture de Jacques Bonnaffé d'extraits de "Sermons Joyeux" de Jean-Pierre Siméon

Avec tout son grand talent d'acteur, Jacques Bonnaffé nous a bousculé, déstabilisé, en prononçant ces harangues. De manière très conviviale et très proche du public, Jean-Pierre Siméon est venu après la lecture, discuter avec l'assemblée. Sa pensée est ample il la développe sans hésiter à l'image de ces "sermons joyeux". Cet homme, écrivain pour le théâtre s'adresse à nous, et là, le miracle se réalise,  il parle à chacun d'entre nous ! Dans sa conversation avec la complicité de Jacques Bonaffé, il développe ses idées qui le(nous) préoccupent: l'utilisation de la langue. Aujourd'hui,"On n'a plus de langue autonome, de pensées de la nuance, de pensées fines, on a la langue des médias, avec la justesse de la pensée, on a une justesse de la langue" "Trois vers d'un poème nous réhausse, nous rasemble devant la langue" Puis, il nous parle d'un sermon  lu sur le jeunisme, où il met en scène l'idéalisation de la jeunesse par la société, écartant volontiers "les vieux" soit la négation de la densité de la vie qui est jusqu'à la mort. Ainsi Jean-Pierre Siméon attirent notre attention sur des sujets de société, et notre manière de vivre. Il nous invite à rêver autour du poème, investir le "dire", pour" être".

L'association Littérature et Poétiques sur une proposition d'Albane Gellé et de Patrick Cahuzac, avec le soutien de la librairie Le livre à venir organisent ce beau festival accompagnés des bénévoles. 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 15:33

crete-244.JPG

En allant vers Grandvoussa (Crête)

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 15:04

Ciels-Saumur-012.JPG

Saumur vers 20 heures le 12 septembre 2010

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 10:04
Je me suis arrêtée sur cette vidéo, recherchant l'Ouverture de Guillaume Tell, où l'orchestre est remarquablement filmé. cela donne complètement vie à l'oeuvre, même, le public n'était pas comme d'habitude, à l'abri de leurs chapeaux :-)
Allez écouter aussi les violonistes grattant quelques cordes sur leurs violons ! Quelle délicatesse et douceur !
                                                                                    Alice
                                                                                           
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 13:51

                                                                                            

                                                 Ruud van EMPEL

                                                                          

                                                               

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 17:22

 Poésie du Jeudi pour les Croqueurs de mots

 

Conjugaison de l’oiseau

 

J’écris (à la pie)

J’écrivais (au geai)

J’écrivis (au courlis)

J’écrirai (au pluvier)

J’écrirais (au roitelet)

Ecris ! (au sirli)

Que j’écrive (à la grive)

Que j’écrivisse (à l’ibis)

Ecrivant (au bruant)

Ecrit (au pipit)

 

                Luc Bérimont

                                                          La Poésie comme elle s’écrit

 

Textes réunis par Jacques Charpentreau -Editions  Ouvrières 1979

 

                                                                                                                                        

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 12:00

 

Poésie du Jeudi pour les Croqueurs de mots sur le thème de l'école proposée

 par L'île de Lilie

 

Robert Doisneau 

Robert Doisneau 

 

J’écrirai le jeudi j'écrirai le dimanche
quand je n'irai pas à l'école
j'écrirai des nouvelles j'écrirai des romans
et même des paraboles
je parlerai de mon village je parlerai de mes parents
de mes aïeux de mes aïeules
je décrirai les prés je décrirai les champs
les broutilles et les bestioles
puis je voyagerai j'irai jusqu'en Iran
au Tibet ou bien au Népal
et ce qui est beaucoup plus intéressant
du côté de Sirius ou d'Algol
où tout me paraîtra tellement étonnant
que revenu dans mon école
je mettrai l'orthographe mélancoliquement

                                                                                                                    

                                                                                         

                                                  (Battre la campagne) - 1968

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre