Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 20:42

    La nuit descend comme une fumée rabattue

    Je suis triste ce soir que le froid sec rend triste

    Les soldats chantent encore avant de remonter

 

    Et tels qui vont mourir demain chantent ainsi que des enfants

    D'autres l'air sérieux épluchent des salades

    J'attends de nouveaux poux et de neuves alertes

    J'espère tout le courage qu'il faut pour faire son devoir

    J'attends la banquette de tir

    J'attends le quart nocturne

    J'attends que monte en moi la simplicité de mes grenadiers

    J'attends le grog à la gnole

    Qui nous réchauffe

    Dans les tranchées

    La nuit descend comme une fumée rabattue

    Les lièvres et les hases bouquinent dans les guérets

 

    La nuit descend comme un agenouillement

    Et ceux qui vont mourir demain s'agenouillent

    Humblement

    L'ombre est douce sur la neige

    La nuit descend sans sourire

    Ombre des temps qui précède et poursuit l'avenir

 

                                        Guillaume Apollinaire

 

 

 

Apollinaire, sous-lieutenant dans l'infanterie, fut frappé à la tempe par un éclat d'obus en mars 1916 et dut être trépané deux fois.  Il mourut de la grippe, dite espagnole, en novembre 1918. 

 

 

http://www.toutelapoesie.com/poemes/apollinaire/l_assassin.htm

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
<br /> J'aime beaucoup ce poète !<br />
Répondre
A
<br /> <br /> à revisiter  plus souvent ! <br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Un poème poignant tellement il décrit un état d'esprit à un moment précis de l'histoire!<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Appolinaire s'est engagé , la poésie  est au plus près de sa vie dans la guerre.<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> Un hommage poignant à tous ces soldats confrontés aux horreurs de la Grande Guerre.<br /> <br /> <br /> Merci d'avoir partagé ce poème qui fait vivre le devoir de mémoire.<br /> <br /> <br /> Belle journée, Plume .<br />
Répondre
G
<br /> trépané deux fois et mort de la grippe, quel destin  !<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Un destin violent, à l'image du poète engagé dans la guerre<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Un poète bien venu pour ce 11 novembre .<br /> <br /> <br /> Bises<br />
Répondre
A
<br /> <br /> une belle page aussi chez toi, remarquable<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> ces soldats ont vraiment eu la vie très dure ceux qui reviennent sont marqués à jamais<br />
Répondre
A
<br /> <br /> ils ne pouvaient pas en parler, heureusement quelques écrivains ont fait découvrir la réalité de leurs vies.<br /> <br /> <br /> merci de ton passage , amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> Merci Alice d'avoir choisi Guillauma ce 11 novembre.... Bien amicalement, jill<br />
Répondre
A
<br /> <br /> J'ai entendu ce texte ce matin, malheureusement, je n'ai pas pu retrouver les réfèrences de l'émission ,sur France Culture, j'ai été frappée par la beauté du texte.  Bien amicalement à toi<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> " Que dire de l'honneur des hommes " ?   ( inédit )<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> ---<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Que dire de l’honneur des hommes,<br /> <br /> <br /> Quand ceux-ci s'affrontent,<br /> <br /> <br /> Sans connaître les profonds mobiles<br /> <br /> <br /> De ceux qui les font se jeter les uns<br /> <br /> <br /> Contre les autres ?<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Et au moment où on s'apprête<br /> <br /> <br /> A "célébrer", ce qui fut<br /> <br /> <br /> Une boucherie sans nom,<br /> <br /> <br /> La guerre, dite "grande"<br /> <br /> <br /> Où les cris des hommes, sont étouffés<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Sous les termes "devoir",<br /> <br /> <br /> "Servir la France"<br /> <br /> <br /> Alors que les corps volent en éclats<br /> <br /> <br /> Sous les mitrailleuses <br /> <br /> <br /> Et que les obus mutilent et les gaz empoisonnent.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> De part et d'autre des barbelés.<br /> <br /> <br /> >   Et pour quel résultat  ?<br /> <br /> <br /> A part la fortune des marchands de canon,<br /> <br /> <br /> Qui sont les mêmes  à ériger les monuments <br /> <br /> <br /> Où les listes des combattants sont sagement inscrites,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Parfois un village entier,<br /> <br /> <br /> Donnant son tribut de chair fraîche,<br /> <br /> <br /> Pour  "l'honneur !"<br /> <br /> <br /> Si d'abord les soldats  sont identifiables,<br /> <br /> <br /> Englués dans la boue et dévorés par les rats.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Célébrer ces années, <br /> <br /> <br /> Mais d'abord reconnaître l'horreur des années<br /> <br /> <br /> Sabrant au vif du bleu horizon,<br /> <br /> <br /> Où aucun regret ne peut venir tempérer<br /> <br /> <br /> La pourriture de la raison.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> RC<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Merci pour ce poème inédit, c'est par les textes que les hommes ont la mémoire de ce qui s'est passé.<br /> <br /> <br /> Récemment j'ai reçu une petite bibliothèque de livres à partir de 1900, elle contient quelques livres sur les guerres,  et pour la grande guerre de 14, un témoignage sur la bataille de Fort<br /> de Vaux. Récit du siège de mars à juin 1916.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre