Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 11:55

 

 

 

 

Poésie du Jeudi chez les Croqueurs de Mots, thème « Lumières » proposé par Lillie

 

 IMG 0222

 

 

Sur la fin

 

 

Le disque qui incendiait le paysage vient de

 tomber sur une pique. Etait-ce le soleil mort ou

 un cercle de fer ?

Les ailes du moulin le balançaient entre deux

arbres où le feu d’artifice est éteint. Et l’horizon

 que j’avais pris pour un trait de fusain disparaissait.

 

 

 

 

 Pierre Reverdy - extrait de La liberté des mers, Poésie/Gallimard

 

 

 

 

Photo personnelle, à Saumur

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
<br /> On pense àl'adieu au "solei/l cou coupé" d'Apollinaire.<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Reverdy écrit la nature au plus près. Merci pour le rapprochement avec Apollinaire.<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> Une très belle images et des mots qui chantent... Merci<br />
Répondre
A
<br /> <br /> J'aime lire cette poésie, aux subtiles images<br /> <br /> <br /> amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> très beau poème ....<br /> <br /> <br /> besos<br /> <br /> <br /> tilk<br />
Répondre
D
<br /> Photo et texte en belle adéquation. Bises dan<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Merci Dan, les textes de la Liberté des mers nous content la nature au plus près de l'émotion. Bises<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Photo et texte en belle adéquation. Bises dan<br />
Répondre
N
Joli poème à la lune.
Répondre
A
<br /> <br /> au coucher du soleil ...<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> J'apprécie Pierre Reverdy, trop rare, peut-être. Il dit tant et si intensément avec une belle économie de mots<br /> <br /> <br /> merci pour ce partage<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Oui, Pierre Reverdy écrit une langue dépouillée où il laisse le lecteur partager "cette émotion appelée poésie.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Je ne connaissais pas celui-ci de Reverdy, je suis ravie de la découverte.<br />
Répondre
A
<br /> <br /> Les textes de la Liberté des mers ont leur origine dans de premières rédactions datant de l'époque où Pierre Reverdy cotoient ses amis cubistes. Ce qui donne cette "poésie plastique". Amitiés<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> Flûte...  dans mon copié-collé,  maque  la  chute  (  qui est la plus  significative)...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Si le miroir révèle<br /> <br /> <br /> Les instants ébahis<br /> <br /> <br /> C’est aussi en parcelles<br /> <br /> <br /> Qu’il t’a saisie, et trahie<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> RCh  8-12-2011<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />       <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Nous sommes de multiples facettes; certaines connues , d'autres inconnues, il se peut que l'on vive principalement avec quelques unes, et être surpris, voire déçu d'en découvrir<br /> d'autres à travers le miroir. Rien n'est jamais perdu, l'être peut toujours faire mieux jusqu'à sa mort.<br /> <br /> <br /> Merci de nous faire lire ce poème;, à travers les auteurs, les bloggeurs, chacun partage, trouve un reflet, un miroir. Une quête de soi-même, la découverte d'autres pensées, points de vue. Ainsi<br /> la vie s'apprend. Ainsi, je le comprends.<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> Justement  j'écrivais ce matin...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Cette fenêtre plate<br /> <br /> <br /> N’ouvre sur aucune profondeur<br /> <br /> <br /> Que la perspective éclate<br /> <br /> <br /> En suivant ses lignes ferveur<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Se révèlent à travers elle<br /> <br /> <br /> Reflets et lumières<br /> <br /> <br /> Qui n’habitent pas du réel<br /> <br /> <br /> Mais le champ des hiers<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Que tu ne vois pas de face…<br /> <br /> <br /> Un dialogue du regard<br /> <br /> <br /> En quelque sorte, une préface<br /> <br /> <br /> Etablie avec mon miroir<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Derrière, se jouent les scènes<br /> <br /> <br /> Découpées dans le temps<br /> <br /> <br /> Et souvent parsèment<br /> <br /> <br /> Les espaces du vent<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Des Velasquez en Ménines<br /> <br /> <br /> Les psychés inclinées<br /> <br /> <br /> De la chute en abîmes<br /> <br /> <br /> Aux décors subliminés<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Tu perçois dans le lisse<br /> <br /> <br /> Ce que tu sens et devines<br /> <br /> <br /> Les parcours factices<br /> <br /> <br /> En brillances et patines<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Reflets des matins<br /> <br /> <br /> Les lumières fugaces<br /> <br /> <br /> Des glaces sans tain<br /> <br /> <br /> A la profondeur vorace<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Portent vers le soir<br /> <br /> <br /> Les portraits captés<br /> <br /> <br /> L’épopée des noirs<br /> <br /> <br /> Des regards arrêtés.<br />
Répondre

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre