Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 09:51

Poésie du Jeudi chez les Croqueurs de Mots, thème « Rumeur » proposé par Enriqueta



Départ


Assez vu. La vision s’est rencontrée à tous les airs.
Assez eu. Rumeurs des villes, le soir, et au soleil, et toujours.
Assez connu. Les arrêts de la vie. — Ô rumeurs et visions
!
Départ dans l’affection et le bruit neufs
  !




 

 

 

Arthur RIMBAUD, Illuminations, 1871
(ouvrage publié en 1886 par Verlaine) in
Œuvres (Mercure de France)

                               

 

S’éloigner des bruits anciens

Où rumeurs écrivent leur noire mémoire désaccordée

Pour écouter les chants  de l’âme

Où douces rumeurs accordent les notes

Du ciel et de la terre, harmonie des saisons

« Dans la voix des oiseaux, dans le cri des cigales* »

De l’enfance et du monde.

  

 

 

 

 

  Alice

 

 

*Les luttes et les rêves" dans Les Contemplations de Victor Hugo

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ren 19/06/2012 13:09


ceux qui vivent  l'exil  en  "mémoire  désaccodés",  n'ont peut-être pas  la  "douce rumeur", dans leur tête...


 


-



 
  C'est par centaines, que je peux nommer
  Montagnes  plaines, fleuves et déserts
  Qui se sont succédé, remplacés
  Au long de ma longue marche, l'exil,
  La route qui m'éloigne de mon enfance
  Mais dont jamais la pensée ne s'efface.
 
  Mes pieds foulent une terre autre
  Et ma tête un vent qui n'a de commun qu'être vent
  Comme la langue des peuples que je ne comprends pas
  Que je ne comprends plus
  Est-ce que les kilomètres, la distance accumulée
  Font  que je transporte un mur avec moi ?
 
  Il a fallu que je parte
  Que j'arrache mes racines
  Pour espérer vivre en dehors de la guerre
  De la peur et de la famine,
  Vers ces lointains, si loins
  Qu'il serait d'un oubli facile
  Mon beau pays d'exil
 
  Que je n'ai pas renié
  Mais qui me renierait
  Si je pouvais un jour
  De nouveau ressentir la rencontre
  De mon soleil se heurtant aux toits
  De mon village  d'enfance
 
  Dont j'emporte les images,
  Seulement les images, au fond
  De ma mémoire.
  Je suis celui qui a fui,
  Pour un monde facile
  Je suis celui qui a trahi
  Ma langue, mes origines
  Ma vie, même ,
  Et mon pays
  Où jamais, je ne retournerai
 
  RC   - 19 juin 2012

Alice 21/06/2012 20:50



Merci infiniment, jamais l'exilé n'oublie son pays, ton poème est juste



tilk 13/05/2012 23:39


quel plaisir!!!


besos


tilk

mansfield 08/05/2012 12:37


S'éloigner des rumeurs et créer sa propre vision du monde, un beau programme que nous offrent ces auteurs, que tu nous offres.

le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 06/05/2012 13:06


Bien jolie idée que cette mise en opposition des deux sens du mot "rumeur". L'une est charmante, l'autre ... Bon dimanche, Mireille

enriqueta 05/05/2012 21:03


http://c-estenecrivantqu-ondevient.hautetfort.com/archive/2012/05/05/la-rumeur-des-croqueurs.html#comments

enriqueta 05/05/2012 20:08


Et oui, certaines rumeurs sont poétiques et positives. Merci pour ta participation.

Suzâme 05/05/2012 20:03


Une belle correspondance entre les poèmes. Ton âme réceptive prend pour elle, les trésors de Rimbaud et Victor Hugo et j'applaudis cette complicité.


Ecrist-tu à la main? J'ai publié un article sur cette question que je t'invite à commenter. Bisous. Suzâme

Jeanne Fadosi 05/05/2012 18:30


J'aime tes choix qui chantent des rumeurs contraires l'une à fuir, l'autre à chanter ...


belle fin de semaine

Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre