Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 13:16

 Poésie du Jeudi chez les Croqueurs de Mots, thème « l’hiver» proposé par Fanfan 

   

5 mars 

« Pas un oiseau ne crie. L’hiver a pétrifié la vie. Le monde

 attend son réveil. La neige, la chute d’eau, les nuages, le

 silence même  sont en suspens. Un jour, les choses reprendron-

dront leur cours. La chaleur descendra du ciel et le flux prin-

tanier gonflera les tissus de la nature. Les veines des bêtes

battront d’un sang neuf. Les thalwegs se rempliront d’eau,

la sève des arbres pulsera. Les feuilles perceront la gangue

des bourgeons, les neiges murmureront qu’elles veulent

retourner au lac, les larves écloront, les insectes sortiront

de la terre. Un ruissellement monstrueux nappera les ver-

sants. La vie coulera sur les pentes, les bêtes descendront

boire et les nuages d’été ramperont vers le nord. Pour l’ins-

tant je suis seul à me débattre dans la poudreuse pour ren-

trer chez moi.

Patin à glace, le soir. Une heure à glisser sur la laque.

Avec les visions qui défilent sous mes yeux – plaques

d’obsidienne, zébrures bleu lagon : une pub pour parfum

des années 80.

Sur la glace, un îlot de neige épargné par le vent. Je m’y

échoue pour un cigarillo. Les craquements du Baïkal se

répercutent dans mes os.  Il fait bon vivre près d’un lac. Le

lac offre un spectacle de symétrie (les rives et leur reflet)

et une leçon d’équilibre (l’équation entre l’apport des

affluents et le débit des exutoires). Pour que se maintien-

nent les niveaux hydrographiques, il faut une précision

miraculeuse. Chaque goutte versée au crédit de la vasque

doit être redistribuée.

Vivre en cabane c’est avoir le temps de s’intéresser à des

choses pareilles, le temps de les écrire, le temps de se relire.

Et le comble, c’est qu’une fois tout cela accomplit, il reste

encore du temps.

Au carreau ce soir, la mésange, mon ange."

 

           Dans les forêts de Sibérie (Février-Juillet 2010) p.79-80 de Sylvain Tesson, édition Gallimard

 

Coup de coeur pour ce livre, récit de six mois de solitude au bord du lac Baïkal en Sibérie. L'auteur raconte au jour le jour sa vie de citadin transformée en ermite. Le temps de lire ses livres choisis pour cet exil, le temps d'observer la nature infiniement, ses couleurs, ses bruits. La peur des ours, les rencontres improvisées avec les habitants éloignés  du lac, les exercices physiques à couper du bois pour se chauffer, se réchauffer le moral avec la vodka, les nombreuses  explorations en traîneau, en raquettes. L'auteur, avec son écriture poétique, nous fait partager au plus près sa vie au bord du lac Baïkal.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Alice - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Gérard 07/01/2012 21:50


Pas à la portée du premier venu  cette méditation solitaire

Alice 11/01/2012 17:32



Une grande force intérieure certainement



le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 05/01/2012 20:29


Merci pour le partage de ce très beau texte. La prose de certains écrivains est parfois d'une poésie à couper le souffle. C'est le cas dans cet extrait.


Voilà une expérience qui me plairait même si physiquement ce doit être éprouvant mais plutôt au Nord du Canada (pour la langue).

Alice 05/01/2012 20:46



C'est une idée à creuser ! les forêts canadiennes et les lacs doivent être magnifiques à vivre quelques mois en solitaire.


Amitiés



mansfield 05/01/2012 19:10


Tout simplement magnifique ce grand souffle de vie à observer tout  seul  et en silence. Le bohneur rêvé d'une citadine! Merci de nous le faire partager;

Alice 05/01/2012 20:40



Il n'est point besoin d'aller si loin pour vivre en solitude et  dans le silence de la nature. Les efforts physiques de l'auteur représentent un grand dépassement, il est vrai.


Amitiés



libre necessite 05/01/2012 18:57


Une expérience rude mais qui aurait pu me plaire. Bises Dan

Alice 05/01/2012 20:37



Il ya de quoi rêver devant ce passage à l'acte ! un homme peut tenter l'expérience , il n'est jamais trop tard ! Bises



Nounedeb 05/01/2012 17:01


Tu me donnes encore plus envie de le lire, ce que je vais faire bientôt. Bonne soirée.

Alice 05/01/2012 19:28



Ce n'est pas très souvent qu'un livre me plaise autant. Les conditions extrêmes et la qualité de l'écrivain en font un récit captivant. Amitiés



Catheau 05/01/2012 16:51


Une solitude choisie qui aiguise le regard de l'homme dénué de tout. Un très beau choix, chère Alice.

Alice 05/01/2012 19:25



J'ai bien aimé cette étude profonde de son être et de son environnement dans le contexte insolite d'ermite.



Jeanne Fadosi 05/01/2012 16:41


un ermitage volontaire, dans des conditions préparées, comme il le précise lui-même. Une telle quête ne s'improvise pas. Mais il nous fait partager son expérience avec une écriture talentueuse.


merci d'avoir choisi cet extrait pour l'hiver et la neige 


bises et belle soirée

Alice 05/01/2012 19:18



L'auteur relate à travers un journal , cette aventure intérieure et extérieure. Le film ajoute la connaissance des paysages de ce grand lac lointain. J'ai bien aimé son
écriture émaillée des lectures.


Bises et belle soirée à toi aussi.



fanfan 05/01/2012 15:43


Rien que d'entendre le bruit du vent , cela me donne des frissons!


Il ne faut craindre, ni le froid , ni la solitude pour tenter cette expérience! Je me demande si son petit poêle suffit pour chauffer sa cabane! Courageux le bonhomme

Alice 05/01/2012 19:09



Il faut un robuste physique et un bon mental pour vivre dans ces conditions. Dans le livre, il ne se plaint jamais du froid , la cabane fait 9 m2, et semble très solide dans cet
environnement difficile. Merci pour tes propositions.



Présentation

  • : Rêves et écritures d'Alice
  • : Ce blog reflète ce que j'ai envie de partager, à travers l'écriture, tout ce qui vient autour d'elle, livres, musique, peinture, référencement des blogueurs, des sites autour de la création littéraire. Textes et photos protégés sous le n°000477878-5-CopyrightDepot.com
  • Contact

Texte Libre